Fabrique de la ville, fabrique de cultures

Faire la ville autrement, en plaçant la création artistique et la vie culturelle au cœur de la fabrique urbaine, c’est le projet des maires de la région parisienne qui témoignent dans cet ouvrage, aux côtés d’artistes, d’acteurs de la culture et de l’urbain. Réuni·es le 15 novembre 2019 au T2G, Théâtre de Gennevilliers, dans le cadre du forum « Fabriques de villes, fabriques de cultures », et de l’exposition  « Trésors de banlieues », ils et elles explicitent les raisons pour lesquelles ces manières de faire ville et de faire culture, sont inspirantes et bénéfiques.

 

Comment fabriquer un quartier vivable, une ville sensible, sans placer au cœur de son développement l’art et les pratiques culturelles qui permettent à des citoyens, de s’approprier leur environnement ? Comment laisser toute leur place aux approches innovantes qui donnent à ces citoyens la possibilité de se placer au cœur des processus de construction de la ville ?

A l’heure où les choix culturels s’inscrivent dans un contexte économique qui ne permet pas toujours de les prioriser, il apparaît que la culture fait pourtant partie intégrante de la politique de la ville.
En effet, il y a nécessité d’associer plus que jamais les artistes aux combats
pour relever les défis des mutations urbaines, pour rendre la ville attractive. L’art en espace public permet de contextualiser les problématiques sociales et de proposer les moyens de s’enrichir collectivement des difficultés rencontrées.
L’occupation des friches industrielles dans les années 80-90, aujourd’hui souvent qualifiées de tiers lieux, contribuent à des aventures créatives, de participation citoyenne et d’animation du territoire. L’espace public n’est pas uniquement constitué de rues, de places, c’est également ce qui est partagé dans la ville.
La ville, son évolution, ses espaces, son aménagement se fabriquent aussi avec ceux qui la pensent : non seulement les élus, les habitants, les artistes, les chercheurs, mais aussi les personnes qui y travaillent, la vivent, ainsi que les urbanistes, les architectes, les promoteurs, les bailleurs, les entreprises. Aucun de
ces acteurs, seul, ne peut répondre à la complexité des questions qu’elle pose.

 

OUVRAGE COLLECTIF SOUS LA DIRECTION DE  

Michel Duffour est Président de la Ville en commun, ancien secrétaire d’État au Patrimoine et à la Décentralisation culturelle.

Danielle Bellini est docteure en sociologie, enseignante associée à l’Institut des Humanités et des Sciences Sociales de Paris 7 Diderot et directrice des affaires culturelles de Tremblay- en-France. Autrice d’« Un instant d’éternité », Éditions Riveneuve, 2014.

Avec la participation de
Juliette Bompoint, Fazette Bordage, Patrick Bouchain, Patrick Braouezec, Laurence Dupouy-Veyrier, Daniel Jeanneteau, Pascal Le Brun-Cordier, Maud Le Floc’h, Patrice Leclerc, Fabrice Lextrait, Pierre Mansat, Malte Martin, Valentine Roy…

Édition Éditions du Croquant
Conception graphique écouter pour voir
Date de parution
2020
Prix 18€
211 pages
ISBN  978-2-36512-252-8

 

Commander le livre  lavilleencommun@gmail.com

En ligne 

En librairie
La Salle des machines
Friche la Belle de Mai • 41 rue Jobin 13003 Marseille

 

 

Contact presse
Mélanie Tresch
06 86 56 11 90
mtresch@mellecom.agency

 

 

 

 

 

 

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut