La ville culturelle de demain.

 

Tiers-lieux et nouveaux territoires de l’art

La ville en commun organisera le 15 novembre prochain à la Halle des Grésillons de Gennevilliers, une rencontre sur le thème des tiers-lieux et des nouveaux territoires de l’art.
Cette rencontre veut réunir des opérateurs culturels, des artistes, des urbanistes, des aménageurs privés et publics, des élus pour penser ensemble la culture et la ville de demain.

Hier “la banlieue” sut relever le défi de la démocratie culturelle. A Aubervilliers, Gennevilliers, Ivry, Nanterre, Montreuil, Villejuif, etc.. théâtres, bibliothèques, conservatoires ont fleuri. Ces équipements et institutions ont eu une valeur inestimables et conservent une place irremplaçable dans la création artistique et pour une partie de la population. Ceci dit, par l’effet de trente ans de libéralisme, les limites de cette “démocratisation de la culture” relèvent de l’évidence. Ces équipements gardent leur pertinence, sont à rénover et protéger, mais ne peuvent servir de modèle unique à une réflexion sur l’avenir.

Aujourd’hui nombreux sont les territoires où des projets urbains, sociaux et culturels innovants ont vu le jour. Tous ont en commun de permettre des croisements, de stimuler les curiosités, de favoriser la vie associative. De grands aménageurs ont évidemment vite senti le potentiel de convivialité et d’attractivité recelés par chacun de ces lieux. De leur côté des artistes, des opérateurs culturels sont persuadés que ces territoires par les rencontres qu’ils permettent, les croisements de disciplines qu’ils autorisent, sont, à condition de ne pas marginaliser l’acte artistique, une chance pour la place de l’art dans la cité. Enfin, les collectivités territoriales qui s’y engagent sentent que là est la clef d’une grande politique d’éducation populaire.

La ville en commun veut avec cette rencontre de Gennevilliers poser les contradictions évidentes au coeur de ces projets et les questions essentielles pour le devenir de la culture dans les villes. Peut-on disjoindre le projet urbain du projet culturel? Faut-il opter prioritairement pour des lieux “dédiés” à la culture ou opter pour des lieux transversaux, associatifs, sociaux et culturels? Quelle place et sous quelles formes, irriguer les politiques municipales d’ambition citoyenne et culturelle? Comment bâtir des coopérations durables de tous les décideurs et acteurs de ces projets?

Pour plus de précisions et être associés à l’initiative:

michel.duffour1@gmail.com