Le terme de dignité revient dans le langage courant dans de très nombreuses situations : habitat digne, travail digne, marche pour la dignité, mourir dans la dignité, etc. Allié à des notions comme le respect ou la fierté, il sert même de support à des revendications individuelles ou collectives et à des dénonciations d’injustices. il est aussi parlant pour le plus grand nombre avec des significations différentes pour chacun.

Lancé par la Ville en Commun depuis 2016, le travail de recherche et de recherche-action sur la question “Peut-il y avoir des politiques publiques locales utilisant le concept de dignité? ”  s’achève (voir résumé ci-après). Les présentations des résultats dans les trois villes tests (Auby, Gennevilliers, Montfermeil) ont permis d’ultimes discussions avec les élus, mais aussi avec l’ensemble des participants à nos ateliers. Le rapport a été aussi transmis au Commissariat Général à l’Egalité des Territoires. Les résultats obtenus sont tout à fait probants et montrent que la dignité , au delà de ses aspects juridiques et moraux, peut constituer, sous certaines conditions de partage des démarches et de réexamen  des pratiques classiques de pouvoirs entre les élus, les agents des services publics et sociaux et les habitants, un objet politique structurant producteur d’évolutions importantes en matière d’inclusions sociales et d’accès à la  citoyenneté.
Reste à aller plus loin dans la diffusion de ces résultats, dans de nouvelles expérimentations, et dans le suivi des démarches lancées dans les villes tests. Ce qui, en période de préparation électorales, n’est pas aisé. Les instances de la Ville en Commun auront bientôt à se prononcer sur les suites à donner à un travail sans nul doute important.

DOC1-_-Recherche_action_dignite_CGET